«Honeymoon», l’ovni du cinéma belge

«
Honeymoon
», un vrai film d’auteur artisanal.
« Honeymoon », un vrai film d’auteur artisanal. - D.R.

Soixante-trois minutes inattendues en noir et blanc et en couleurs. Une pure fiction réalisée à l’ancienne avec une petite équipe et douze acteurs. Un film ovni comme on en voit rarement, mettant en scène avec une rigeur esthétique un couple (Sarah Espour et Lennert Vandenbroeck) tombé en panne dans le désert. En attente dans une cuvette de sable, il reçoit des visites... L’histoire se déroule au Tchad, le 2 février 1960. « Parce que c’est le jour de la Chandeleur et que c’est une année charnière, celle de La Doce Vita et en même temps, la couleur arrive et le noir et blanc s’en va. C’est aussi la préparation du Concile Vatican II qui induira réflexion et distanciation » nous précise l’auteur Henri Van Lierde. Son film est incongru, décalé, philosophique, surréaliste. Il pousse le spectateur, en le déstabilisant, à la réflexion, posant la question de l’humanité et du pardon.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct