Incendies en Australie: la double blessure aborigène

Une photo prise par une Australienne le jour du Nouvel An montre de la fumée de brousse transformant le ciel australien en une recréation du drapeau aborigène.
Une photo prise par une Australienne le jour du Nouvel An montre de la fumée de brousse transformant le ciel australien en une recréation du drapeau aborigène. - D.R.

Huit millions d’hectares brûlés, une trentaine de morts, et environ un milliard d’animaux décédés dans les feux. Pour les Aborigènes d’Australie, la perte est bien plus importante. Ces incendies, ils les avaient prédits, et, surtout, ils avaient appris à les anticiper pendant des milliers d’années à l’aide de techniques de « feux contrôlés ». Profondément liés à la nature, ils considèrent la terre comme leur mère et sont régis par le « Temps du rêve ». Selon eux, la Terre n’était à l’origine qu’une masse informe, sans couleurs. Un jour, des créatures en seraient sorties, et auraient forgé, par leurs disputes, leurs amours et leurs aventures, les paysages, les plantes et les êtres vivants que nous connaissons aujourd’hui avant de revenir sous le sol.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    À la Une du Soir+

    • Quel est le lieu qui incarne, pour vous, le monde d’après
? Jean Macq, professeur en santé publique à l'UCLouvain, a décidé de poser, à deux pas de l’université, devant une maison médicale, modèle parfait de ce en quoi il croit pour le futur des soins de santé
: «
La maison de santé, à deux pas de la crèche parentale, illustre bien l’importance de la notion de territoire qui doit guider notre vision de la santé dans le monde d’après. Plusieurs professions au cœur d’un quartier, donc au plus près du quotidien des habitants.
»

      Penser le monde d’après: quelles leçons pour le secteur de la santé?