A Dresde, le mythe d’une Allemagne victime

L’AfD dénonce la «
terreur des bombes
» pour qualifier ces attaques aériennes britanniques et américaines.
L’AfD dénonce la « terreur des bombes » pour qualifier ces attaques aériennes britanniques et américaines. - belga

Les Allemands ne sont pas les seuls responsables de la Seconde Guerre mondiale. Ils sont aussi des victimes ! Cette thèse défendue depuis 1945 par les néonazis est désormais reprise par l’extrême-droite allemande, l’AfD (Alternative pour l’Allemagne), première force d’opposition à l’assemblée fédérale depuis 2017 (Bundestag).

A l’occasion des commémorations du 75e anniversaire des bombardements sur Dresde par l’aviation anglaise, l’AfD tente d’instrumentaliser cet événement pour dénoncer le « culte de la culpabilité ». « Les leaders du mouvement veulent faire croire que l’Allemagne n’est pas coupable et qu’elle a été une victime de la guerre. L’AfD a relancé le révisionnisme pour minimiser la responsabilité du pays dans la Shoah », résume Markus Linden, politologue à l’université de Trèves.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct