Négociations fédérales: les partis entrent discrètement en campagne

Les présidents de parti et les ténors qui les entourent prennent des allures de docteur Jekyll et Mister Hyde. Le docteur négocie gentiment le non-négociable avec le chargé de mission, Koen Geens. Et Mister Hyde rappelle fermement son positionnement idéologique pour préparer le terrain électoral.
Les présidents de parti et les ténors qui les entourent prennent des allures de docteur Jekyll et Mister Hyde. Le docteur négocie gentiment le non-négociable avec le chargé de mission, Koen Geens. Et Mister Hyde rappelle fermement son positionnement idéologique pour préparer le terrain électoral. - D.R.

Officiellement, on joue le jeu de la négociation. « Autour de la table, le PS est de bonne volonté », explique Paul Magnette. « C’est mieux de travailler dans la discrétion et de voir ce qui est vraiment possible ou pas possible. Ce serait vraiment stupide de dire ouvertement à la presse quels pourraient être les points communs pour un accord de gouvernement », déclare Bart De Wever (N-VA). « Il faut y croire et parce que nous ne sommes pas encore sortis d’une phase d’information, il est temps de passer dans une phase de formation », ajoute François De Smet (Défi).

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct