L’Otan est prête à étendre sa présence au Moyen-Orient

La ministre française Parly
: la coalition contre Daesh «
reprend progressivement ses opérations
».
La ministre française Parly : la coalition contre Daesh « reprend progressivement ses opérations ». - afp

Encore sonnés par les tiraillements de la fin de l’an dernier, voilà les alliés au sein de l’Otan secoués par l’onde de choc du dernier solo en date du plus puissant d’entre eux, tout à sa campagne électorale : la liquidation par les Etats-Unis du puissant général iranien Soleimani, en plein Bagdad, début janvier. Si une conflagration majeure ne s’en est pas immédiatement suivie (« On a abordé l’année par la face Nord », la plus périlleuse, dira un diplomate européen), les effets secondaires de cette frappe – les Américains ont été priés de décamper – entraînent l’Alliance atlantique sur une pente qui pourrait se révéler… glissante.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct