Et soudain, on siffle la fin de la récréation budgétaire

Pierre Wunch.
Pierre Wunch. - D.R.

C’en serait donc fini de se laver les mains du budget et de refiler la patate chaude à un prochain exécutif. Ne voyant, telle sœur Anne, rien venir, la Première ministre Sophie Wilmès et son team d’occasion devraient mettre les mains dans le cambouis et stopper le dérapage des comptes publics belges. Cette fois, tout le monde s’y est mis pour crier haro sur le baudet : après le Bureau du Plan la semaine dernière, c’est au tour de la Banque nationale et de la Commission européenne.

Mais comment faire alors que le gouvernement est en affaires courantes et très minoritaire pour poser des choix budgétaires qui sont autant de choix politiques ? Mystère et boule de gomme. À défaut d’être créatifs dans la formation d’un nouveau gouvernement, les petits Belges vont devoir être imaginatifs dans le dopage et une sorte d’« élargissement » du gouvernement qui fait le job ad interim.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct