Plus de 200.000 «clays vivants»

C’est un grand mystère que ni les autorités publiques, ni les chasseurs, ni les ONG environnementales ne sont en mesure de percer. Combien d’animaux d’élevage sont lâchés dans la nature pour être tirés par les chasseurs ? Aucun chiffre officiel ; aucun suivi de la question. En l’absence de baguage, impossible de distinguer un volatile local d’un autre réintroduit pour servir de cible. Certains en craignent les conséquences, génétiques notamment, sur les populations sauvages. Pour les perdrix grises, « l’ampleur [des lâchers] est mal connue et « leur impact n’a jamais été étudié en Wallonie », reconnaît le projet d’arrêté sur les dates de chasse.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct