Rachat de Bombardier par Alstom: craintes sociales limitées en Belgique

Rachat de Bombardier par Alstom: craintes sociales limitées en Belgique
EPA

Le constructeur ferroviaire français Alstom a annoncé lundi avoir signé un protocole d’accord avec Bombardier et la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) pour racheter 100 % de Bombardier Transport, la branche ferroviaire du conglomérat canadien, pour un prix compris entre 5,8 et 6,2 milliards d’euros. Le groupe canadien, en difficulté financière, compte affecter le produit de la vente à la réduction de sa dette, qui s’élevait à 9,3 milliards de dollars américains, fin 2019. « Il n’y a pas du tout d’idée de restructurations ou de menace sur l’emploi dans cette acquisition, bien au contraire », a assuré Henri Poupart-Lafarge à des journalistes. « Ce n’est pas une fusion défensive dans laquelle nous essaierions de gagner des synergies de coûts par des restructurations, c’est une fusion offensive dans un marché en croissance ».

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct