Marjane Satrapi: «Je déteste le voile, mais je me battrai pour que les femmes puissent le porter»

Marjane Satrapi en 2012. La dessinatrice et cinéaste s’est fait très discrète depuis.
Marjane Satrapi en 2012. La dessinatrice et cinéaste s’est fait très discrète depuis. - Reuters

L a libertad  ». Elle le dit ainsi, en espagnol dans le texte. A plusieurs reprises au cours de cette conversation de plus d’une heure en français, Marjane Satrapi répète le même mot. Comme pour rappeler qu’il s’agit de la question principale de sa vie et de son œuvre. La petite fille excentrique et précoce de la bourgeoisie progressiste de Téhéran qui a quitté très jeune l’oppressif Iran des ayatollahs et a fui en Europe, comme elle le raconte dans Persepolis

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct