«Twitter permet à Trump d’incarner la colère américaine»

«Twitter permet à Trump d’incarner la colère américaine»

En janvier 2020, Donald Trump a passé le cap des 13.000 tweets présidentiels. Une moyenne de 300 messages par mois. Mais le président des Etats-Unis se déchaîne certains jours plus que d’autres. Le 12 décembre 2019, quand il a été mis en accusation par la Chambre des représentants, on a dénombré 123 tweets publiés en 24 heures. Cette frénésie digitale a engendré une œuvre écrite importante, qui ne possède sans doute pas la qualité littéraire des Mémoires de Churchill mais que Guillaume Debré a prise très au sérieux. Journaliste français (à TF1) et fin connaisseur des Etats-Unis où il a été correspondant à Washington, il publie un essai vif et sagace dans lequel il examine ce nouvel art de gouverner : Je twitte donc je suis.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct