«Desert X» en Arabie saoudite: quand l’art flirte avec les dictatures

Rayyane Tabet, «
Steel Rings
».
Rayyane Tabet, « Steel Rings ». - Lance Gerber

P ecunia non olet. L’argent n’a pas d’odeur. En tout cas, dans le monde et sur le marché de l’art, l’argent n’a absolument aucune odeur, comme le monoxyde de carbone, qui peut pourtant s’avérer fatal. Certains des pays qui adoptent aujourd’hui des principes démocratiques plus que relatifs sont également ceux qui investissent le plus dans la culture et qui font le plus d’acquisitions sur le marché de l’art. La majorité de ces pays tentent de se cacher sous le masque d’une « pseudo-démocratie ». L’Arabie saoudite, elle, ne fait même pas d’efforts dans ce sens.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct