Turquie: Osman Kavala, le mécène à abattre

Osman Kavala, le 11 décembre 2014, lors de sa venue au Parlement européen, à Bruxelles.
Osman Kavala, le 11 décembre 2014, lors de sa venue au Parlement européen, à Bruxelles. - Belgaimage

C’est une farce tragique en trois actes qui s’est jouée, ces derniers jours, au pays de Recep Tayyip Erdogan. Ce n’est pas la première fois que le théâtre judiciaire turc offre une représentation de ce genre, mais l’identité du protagoniste a donné à l’affaire un retentissement européen.

En milieu d’après-midi, le 18 février, trois juges d’Istanbul acquittaient 16 personnes des charges de « tentative de renversement du gouvernement ». Parmi elles, Osman Kavala, principal accusé de ce procès hors normes où la justice avait entrepris de mettre au jour les « financeurs » et les « organisateurs » des manifestations antigouvernementales du parc Gezi en 2013. L’acte d’accusation était aussi lourd que vide et Osman Kavala, homme d’affaires, philanthrope, seul prisonnier de ce procès, allait donc être libéré. Libre, enfin, après 840 jours de détention préventive.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct