Grand format - La difficile croisade des femmes de cinéma pour la parité

Delphine Lehericey, sur le tournage du «
Milieu de l’horizon
», entourée de son équipe, très féminine. Depuis 2012 et son premier long, elle a négocié sur ses plateaux la parité hommes-femmes.
Delphine Lehericey, sur le tournage du « Milieu de l’horizon », entourée de son équipe, très féminine. Depuis 2012 et son premier long, elle a négocié sur ses plateaux la parité hommes-femmes. - Gjorgji Klincarov

Vendredi prochain, une femme, Céline Sciamma (Portrait de la jeune fille en feu) pourrait décrocher le César de la meilleure réalisation. Elle sera face à sept prétendants masculins. On a honte de dire cela au vingt-et-unième siècle mais voilà : sa consécration serait un événement. En 44 éditions, une seule femme a obtenu la prestigieuse récompense (Tonie Marshall, en 2000, pour Vénus Beauté).

Ce n’est pas un cas isolé. En 92 éditions, une seule femme a été choisie par les membres de l’Académie des Oscars comme meilleure réalisatrice. C’était Kathryn Bigelow, en 2010, pour Démineurs. En 72 éditions, le festival de Cannes n’a récompensé qu’une seule femme. C’était en 1993 (La leçon de piano), et cette année-là, la lauréate dut partager son prix avec un homologue masculin, Chen Kaige.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct