Négociations fédérales: «Nous, chefs d’entreprise, ne voulons pas de nouvelles élections»

Négociations fédérales: «Nous, chefs d’entreprise, ne voulons pas de nouvelles élections»

«  Des élections ne feraient que nous faire perdre un temps très précieux », signalent 33 patrons dans une lettre ouverte mentionnée dans L’Echo et De Tijd vendredi, en l’absence de gouvernement fédéral formé 270 jours après les dernières élections.

Pour les signataires de cette lettre ouverte, « il n’y a rien de pire que l’incertitude effroyable » dans laquelle les entreprises du pays évoluent actuellement. « Nous stagnons littéralement. Et stagner signifie – à terme – régresser », écrivent en chœur des personnalités du monde des affaires telles que Jean-Jacques Delmée (Eneco), Olivier Carette (Upsi), Luc Priem (G4S Belgium), Dirk Lindemans (Lindemans Brewery), Wouter Torfs (Schoenen Torfs), Johan Krijgsman (ERA Belgium), Heidi De Pauw (Child Focus) ou encore Jo De Wolf (Montea).

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct