Le déclin des partis centristes accentue-t-il la crise?

Le déclin des partis centristes accentue-t-il la crise?
Mathieu Golinvaux

Maxime Prévot, président du CDH, en est persuadé : « C’est toujours plus compliqué de former un gouvernement quand les centristes sont affaiblis. Dans l’architecture belge, les partis du centre ont un rôle clef. Or, CDH et CD&V sont aujourd’hui affaiblis, de la plus forte des manières. C’est un des facteurs de la crise actuelle. » Et il détaille : « Dans un pays composé d’opinions publiques différentes et de sensibilités politiques divergentes, on a toujours, nous les centristes, eu un rôle de clef de voûte des attelages gouvernementaux. Entre une Wallonie qui tire vers la gauche et une Flandre qui tire vers la droite, on a toujours pu être des facilitateurs pour réconcilier ces forces centrifuges et garder un équilibre, car on a toujours travaillé au bien commun et pas d’une seule clientèle électorale. Etre sortis affaiblis du scrutin complique l’équation. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct