Coronavirus: en Italie, certaines villes fermées. «Pour l’instant, il n’est pas nécessaire de suspendre l’espace Schengen»

Coronavirus: en Italie, certaines villes fermées. «Pour l’instant, il n’est pas nécessaire de suspendre l’espace Schengen»
AFP

Alors qu’au moins neuf villes de Lombardie et une de Vénétie, dans le nord de l’Italie, ont fermé vendredi bars, écoles et autres lieux publics pour une semaine en raison de soupçons de contamination au nouveau coronavirus sur 16 personnes, le premier ministre italien, Giuseppe Conte, déclare depuis Bruxelles où il participait au sommet européen : « pour l’instant il n’est pas nécessaire de suspendre l’espace Schengen », rapporte le journaliste François Beaudonnet.

La décision a été prise par le ministère de la Santé italien en accord avec les deux régions concernées, car un premier foyer autochtone italien a été identifié à Codogno, près de Lodi. Au total, dans cette zone de Lombardie, plus de 50.000 personnes ont été priées de rester chez elles dans les villes concernées.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct