Grand format - Bruxelles: face au béton, des citoyens prêts à monter dans les tours

«
Pour qui construit-on ces tours
?
» se demande Marco Schmitt, embrayant sur l’exemple de la tour «
The One
», récemment construite à deux pas du rond-point Schuman.
« Pour qui construit-on ces tours ? » se demande Marco Schmitt, embrayant sur l’exemple de la tour « The One », récemment construite à deux pas du rond-point Schuman. - Mathieu Dréan.

C’est dans une maison de la coquette avenue Churchill, à Uccle, que le rendez-vous a été fixé, un soir de la mi-février. Depuis les beaux quartiers de Woluwe-Saint-Lambert aux rives du canal de Molenbeek, les représentants d’une vingtaine de comités de quartier et d’associations ont répondu présents au grand barnum contestataire. Il y a quelques mois encore, ce petit monde ne se parlait pas forcément, voire ne se connaissait pas. La volonté de la Région bruxelloise d’avancer à marche forcée sur une batterie de grands projets urbains aura fini par précipiter ces rencontres impromptues.

Parmi les têtes qui dépassent de l’assemblée, plusieurs sont devenues familières au cours des dernières semaines, chacune liée à un combat personnel. On reconnaît ainsi Marco Schmitt, qui scrute sans relâche depuis 30 ans le monopoly à l’œuvre dans le quartier européen, au sein de l’historique Association du Quartier Léopold.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct