«Se demander si un cerveau est masculin ou féminin n’a aucun sens»

«Se demander si un cerveau est masculin ou féminin n’a aucun sens»
Reuters

G ina Rippon (Essex, Royaume-Uni) ne supporte pas qu’on lui dise que les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus. « Les hommes et les femmes viennent de la planète Terre », répond cette professeure d’imagerie cérébrale cognitive de 70 ans qui a provoqué un séisme dans la communauté scientifique avec son livre Gender and our brains

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct