RD Congo: un an après son accession au pouvoir, Félix Tshisekedi sur le fil du rasoir

Félix Tshisekedi (à dr.) et Vital Kamerhe
: dans l’entourage du président, beaucoup ne font guère confiance au directeur de cabinet du chef de l’Etat.
Félix Tshisekedi (à dr.) et Vital Kamerhe : dans l’entourage du président, beaucoup ne font guère confiance au directeur de cabinet du chef de l’Etat. - Reuters

Décodage

Les bonnes intentions ne suffisent pas… Un an après son accession au pouvoir dans des circonstances controversées, Félix Tshisekedi fait l’amère expérience des pesanteurs congolaises et des limites de la classe politique de son pays.

Après les espoirs suscités par sa volonté déclarée de lutte contre la corruption, renforcée par la nomination de nouveaux magistrats, supposés plus intègres que leurs prédécesseurs, les désillusions se succèdent. La dernière en date est celle des « saute-mouton », ces viaducs qui étaient censés désengorger les grandes artères de Kinshasa.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct