Elections: trois voix par votant, pour clarifier le jeu politique belge

Selon l’idée des économistes de l’UCLouvain, chaque électeur serait doté de «
trois voix maximum
», dont il disposerait à loisir, en cochant trois formations sur son bulletin de vote, ou deux, ou une seule. © Pierre-Yves Thienpont.
Selon l’idée des économistes de l’UCLouvain, chaque électeur serait doté de « trois voix maximum », dont il disposerait à loisir, en cochant trois formations sur son bulletin de vote, ou deux, ou une seule. © Pierre-Yves Thienpont.

Que faire ? La crise politique prolongée au fédéral fait s’interroger certains (qui osent croire qu’il ne s’agit pas d’une fatale crise existentielle) sur notre régime politique, en particulier notre système électoral. Deux économistes de l’UCLouvain s’avancent. Dans la revue Regards économiques, Pierre Dehez et Victor Ginsburgh publient (avec l’aide de Benoît Pilet et Jean Hindriks, soulignent-ils) un article scientifique qui est une tentative d’élaborer un nouveau mode de scrutin. Le but, on l’a compris, est de clarifier le jeu politique, en particulier le jeu des coalitions, une spécialité belgo-belge qui égale le casse-tête chinois.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct