Coronavirus en Italie: Giuseppe Conte, habile médiateur, a appris à encaisser attaques et polémiques

Giuseppe Conte, le regard déterminé
: le chef du gouvernement italien veut montrer qu’il est en première ligne dans la gestion de la crise du coronavirus.
Giuseppe Conte, le regard déterminé : le chef du gouvernement italien veut montrer qu’il est en première ligne dans la gestion de la crise du coronavirus. - EPA

Le visage est fatigué mais le ton très ferme. « Nous avons trois impératifs éthiques : collaborer, collaborer, collaborer. Et ceci dans l’intérêt premier de nos concitoyens, » a déclaré le Premier ministre Giuseppe Conte, au cours d’une récente conférence de presse sur le Covid-19.

Une exhortation, adressée aux gouverneurs des régions touchées ou pas par la contamination, qui n’est certainement pas anodine. Le marathon des autorités pour endiguer l’avancée de l’épidémie, rassurer la population ainsi que les partenaires européens, a, en effet, dévoilé le meilleur et le pire de la péninsule. Les Italiens – notamment dans les « zones rouges » du coronavirus – ont affiché un sens civique inédit et une solidarité spontanée inusuelle. Mais ces derniers jours de crise ont aussi mis en scène d’inévitables polémiques et d’innombrables étincelles politiques.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct