A son procès, François Fillon déplore des «dégâts irréparables»

A son procès, François Fillon déplore des «dégâts irréparables»

L’ancien Premier ministre François Fillon, jugé à Paris pour avoir employé « fictivement » son épouse Penelope, a promis jeudi « la vérité » à ses juges, tout en dénonçant les « dégâts irréparables » causés selon lui par cette affaire.

Costume sombre, feuilles de papier à la main, François Fillon, 65 ans, s’est avancé à la barre pour sa première prise de parole depuis l’ouverture lundi de son procès devant le tribunal correctionnel.

Le visage fermé, la voix claire, il a expliqué s’être décidé à faire une déclaration à la suite des propos tenus la veille par le parquet national financier, qui lui a « laissé le choix entre la peine de mort et la victimisation ».

L’un des procureurs avait observé que « sous l’Ancien régime », le détournement de fonds publics, l’un des délits reprochés à François Fillon, était puni de « mort par pendaison ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct