Coronavirus: l’inquiétude gagne les places boursières

Pour Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, le coronavirus met «
en péril
» la reprise de l’économie mondiale.
Pour Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, le coronavirus met « en péril » la reprise de l’économie mondiale. - AFP.

Jusqu’à la semaine passée, les places boursières avaient ignoré le Covid-19. Les traders supposaient-ils que la contamination serait limitée ? Sans doute. Mais l’apparition, le week-end passé, du virus dans le nord de l’Italie a d’un coup miné l’insouciance des investisseurs. Depuis lundi, les Bourses sont en fort repli.

Jeudi, le Bel 20, l’indice des vingt valeurs vedettes de la place bruxelloise, a reculé de 5 %, entraîné à la baisse par la dégringolade de 11 % de son poids lourd AB Inbev. Le premier brasseur mondial a averti qu’il faisait face, depuis janvier, à une chute de la demande en Chine.

En quatre séances, le Bel 20, qui venait à peine de renouer avec son niveau du début de 2018, a cédé près de 11 %, effaçant ainsi les gains enregistrés depuis l’automne.

A Londres, Francfort, Paris ou New York, les Bourses accusaient des replis à peine moins marqués.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct