2050, Bruxelles en mieux : le circulaire, une affaire qui devrait mieux rouler

2050, Bruxelles en mieux : le circulaire, une affaire qui devrait mieux rouler
D.R.

Extraire, fabriquer, consommer, jeter : telle est la logique de l’économie linéaire, le modèle dominant aujourd’hui. Le gouvernement bruxellois veut faire progressivement passer les entreprises de la région au modèle circulaire (économiser, récupérer, réparer, partager, réutiliser). L’économie circulaire permet une production plus sobre, limite les importations de biens, diminue l’utilisation d’énergie et de matières. Elle entraîne des économies, améliore la lutte contre le gaspillage et contribue à diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Aujourd’hui, les émissions indirectes de la Région, celles qu’elle « importe » – liées aux biens et services, à l’alimentation ou à plus de 90 % de son électricité et de son énergie – sont environ cinq fois plus élevées que les émissions directes.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct