2050, Bruxelles en mieux: la neutralité énergétique dans le tertiaire, une œuvre de longue haleine

Les immeubles de bureaux subissent une rénovation en profondeur environ tous les 15 à 20 ans. L’occasion de diminuer fortement l’empreinte carbone.
Les immeubles de bureaux subissent une rénovation en profondeur environ tous les 15 à 20 ans. L’occasion de diminuer fortement l’empreinte carbone. - D.R.

La gare maritime de Bruxelles, bâtiment centenaire, est aujourd’hui en pleine rénovation. Au programme, davantage d’utilisation d’énergie primaire. La structure est chauffée avec de l’eau placée dans des citernes souterraines. L’électricité est, elle, produite par des panneaux photovoltaïques. Les matériaux n’ont malheureusement pas pu être acheminés par le canal. « Le plus grand problème, c’est que nous ne pouvons pas stocker les tonnes de briques qui arrivent par bateau », explique Kevin De Neve, chef de construction chez le promoteur immobilier Extensa. « Nous pensons que l’économie circulaire sera le nouveau standard du marché », poursuit-il. La gare maritime fait figure de bâtiment exemplaire, c’est-à-dire qu’elle répond à un certain nombre de critères en matière d’énergie, d’écoconstruction, de rentabilité et de qualité architecturale à Bruxelles. Mais qu’en est-il du reste du parc tertiaire bruxellois ?

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct