Nathalie Skowronek, Véronique et ses deux veufs

C’est le cinquième roman de Nathalie Skowronek.
C’est le cinquième roman de Nathalie Skowronek. - JF Paga.

Nathalie Skowronek nous en informe dès la première page et l’exergue de son roman, en donnant de Véronique son étymologie. Véronique veut dire « vraie image ». Et c’est bien cette véritable image que la romancière belge cherche tout au long de son livre.

Véronique a succombé à un problème cardiaque en faisant de la randonnée dans les Cévennes. C’était une éditrice célèbre. On écrivit des articles dans les journaux. Mais à part retracer la carrière de Véronique Verbruggen, son enfance à Gand, son mariage avec un ophtalmologue, et sa proximité avec un cinéaste documentaire, que disait-on réellement d’elle ? Pas grand-chose. « Il était beaucoup question d’amour », écrit Nathalie Skowronek. « Mais on ne comprenait pas. Qui aimait qui, qui était aimé de qui. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct