Comment Thomas&Piron a transformé un petit village de Wallonie

Comment Thomas&Piron a transformé un petit village de Wallonie
Pierre-Yves Thienpont.

Reportage

Gonflé par les tempêtes et les trombes d’eau du mois de février, l’Our traverse le village auquel il a donné son nom, tel un cheval fou. En ce jour de fermeture des deux restaurants du chef doublement étoilé Maxime Collard (lire par ailleurs), le hameau de 80 âmes, qui fait partie de la commune de Paliseul, est silencieux. Pas un bruit. Juste le bruit de ce ruisseau, lancé à toute allure. « Paliseul a toujours eu du mal à se définir », explique Jean-Pol Collard, le père de Maxime. « Ici, nous sommes entre Lesse et Semois. Le tourisme s’est longtemps cantonné à des gens de passage passant d’une rivière à l’autre ». « On n’a pas l’affluence de Bouillon », ajoute le bourgmestre de Paliseul, Freddy Arnould. « Ici, on vient chercher la verdure et le calme ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct