Avec Laurent Ney, cyclistes et piétons n’ont plus peur du vide

Avec Laurent Ney, cyclistes et piétons n’ont plus peur du vide
D. robenbach

Depuis 1996, Laurent Ney et ses collaborateurs du bureau bruxellois Ney & Partners regardent là où le regard ne porte pas : de l’autre côté du pont. Pour cet ingénieur architecte, le pont ne peut se résumer à une prouesse technologique. Ce qui l’intéresse, c’est ce qu’il relie, ce qu’il enjambe, la vue qu’il offre et ceux qu’il rapproche. Son impact dépasse les questions de mobilité. Le pont crée du lien, donne du sens à l’espace qui l’entoure. C’est un élément d’équilibre à la fois pour le paysage dans lequel il s’inscrit et pour les populations auxquelles il s’adresse. La recherche de cet équilibre ouvre des perspectives infinies à l’architecte et permet de générer des formes physiques toujours différentes. Le pont franchit un vide et, dans cette perspective, c’est d’abord un produit d’ingénierie. Pourtant, sa forme est aussi le fruit d’une épure artistique.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct