Juventus - Inter Milan: un huis clos qui fait du bruit…

Lukaku face à Bonucci, en octobre dernier à Milan.
Lukaku face à Bonucci, en octobre dernier à Milan. - P.N.

Pour conjurer un insoluble casse-tête lié au calendrier et devant la propagation de l’épidémie, la Lega Calcio avait, entre-temps, demandé et obtenu du gouvernement que les rencontres des régions touchées par le Covid-19 (centre-nord de la péninsule, moins la Ligurie et la Toscane) puissent se disputer à huis clos. La moitié des rencontres. Dont Juventus-Inter de dimanche.

Il est évident que ce « Derby d’Italie » réduit au silence – 150 journalistes accrédités et des ramasseurs de balle confinés dans des aires protégées – va faire du bruit. L’entraîneur de la Juventus, Maurizio Sarri, qui a déjà les oreilles qui sifflent suffisamment après la défaite et l’insipide 8e aller de Lyon – avance que la Juventus est défavorisée, privée du soutien de ses 40.000 supporters. Et c’est vrai qu’Antonio Conte ne doit pas être mécontent de ce vide : l’ex-joueur et entraîneur local en aurait entendu et vu de toutes les couleurs ce dimanche dans son ancien stade.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct