Coronavirus: l’UEFA en alerte sans virer au catastrophisme pour l’Euro 2020

photo news
photo news

Douze villes, douze pays : il n’y avait pas pire moment pour organiser cet Euro 2020 (12 juin-12 juillet), décrété itinérant pour célébrer les 60 ans du premier « Euro », originellement appelé « Coupe d’Europe des nations ». Il n’y avait pas pire moment que cette époque prise en otage par le coronavirus. Encore fallait-il le savoir. Encore fallait-il savoir que le match inaugural se déroulerait à Rome, la capitale du pays européen le plus touché… Initialement, la rencontre d’ouverture était après tout prévue à Bruxelles : on sait ce qu’il est advenu du stade national. Pas de capitale des institutions européennes, et la part du lion – 7 matchs au total dont les demi-finales et la finale – réservée à l’Angleterre (Wembley), malgré le Brexit…

Cet Euro est décidément bien né sous l’enseigne de la vexation.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct