Angélique Wallon
D.R.

Angélique Wallon

C’est sous une des rampes du parking Mestdagh que dans la nuit du 14 au 15 décembre, Angélique, née à Seraing le 30 mai 1978, a succombé à un malaise cardiaque. Elle avait eu un parcours de vie assez compliqué », témoigne Stéphanie, une de ses deux sœurs. « Quand elle avait dix-huit ans, elle a commencé à sortir en boîte, à fréquenter de mauvaises personnes. Elle a pris de l’ecstasy d’abord puis de l’héroïne, elle ne raisonnait plus convenablement. » Angélique a vite perdu droits sociaux et logement, l’alcool a succédé à la drogue, la marginalité à la précarité. « Plusieurs fois, j’ai essayé de l’aider à retrouver un appartement, à mettre ses papiers en ordre, mais chaque fois, elle décrochait », continue Stéphanie. « Elle ne se plaignait pas de la rue, elle avait droit à une aide du CPAS, elle ne mendiait quasiment jamais. Ce qui lui faisait mal, c’était le regard des gens. »

Angélique avait deux enfants, l’un âgé de 14 ans, l’autre de 12 ans. « Leur père était absent, elle avait elle-même demandé à ce qu’ils soient pris en charge par les pouvoirs publics. J’avais voulu les prendre avec moi mais elle n’a pas voulu, elle m’a même menacée et je n’avais aucun recours. Aujourd’hui encore, je voudrais les voir, leur faire quelques cadeaux mais le Service de l’Aide à la Jeunesse ne veut pas, je n’ai aucun droit, ce n’est pas humain. » Angélique a été inhumée au cimetière de La Buissière à Huy.

Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    • SansAbris

      Ne plus mourir dans l’anonymat

    • SDF1HommeVieux

      Tomaso Verdesca

      Certaines personnes qui ont connu la...

    • SDF2HommeJeune

      Adrien Pevenage

      Certaines personnes qui ont connu la...

    • SDF2HommeVieux

      Petrov

      D’origine bulgare, né en avril 1950,...

    • SDF1HommeJeune

      Barwiejuk

      Son corps a été retrouvé sans vie dans...

    • SDF1HommeVieux

      Wieslaw

      Peu connu des associations de terrain...

    • SDF2HommeVieux

      Salvatore Sotgiu

      C’est une promeneuse qui, en milieu d’...

    Club du Soir

    1 Commentaire

    • Quel bel hommage plein d'humanité ! J'en ai les larmes au yeux mais les larmes n'ont jamais résolu les problèmes, la vie fait mal parfois et il faut garder la sérénité dans l'adversité pour célébrer la vie avec amour quoiqu'il arrive.