Setsuko Thurlow, rescapée d’Hiroshima: «Mon cauchemar, ce sont les gens qui nient la menace nucléaire»

Setsuko Thurlow, rescapée d’Hiroshima: «Mon cauchemar, ce sont les gens qui nient la menace nucléaire»
VICTOR SAINZ/« EL PAÍS » 2020

Appuyée sur sa canne, elle s’approche doucement de la baie vitrée et s’arrête quelques secondes derrière la vitre, en silence. Un ciel d’un bleu éclatant et les allées et venues des passants de l’avenue Recoletos à Madrid servent de fond à son visage, encadré par de grands rideaux bordeaux très travaillés, des frises en bois taillé, des tapis et des centaines de livres. « A chaque coin de rue, je vois une beauté qui s’est construite au fil des siècles, de l’art, de la musique, une splendide architecture… Comment peut-on tolérer la possibilité que tout soit détruit en même temps que nos vies ? La vie précieuse de chacun des êtres humains », se demande à 88 ans la Japonaise Setsuko Thurlow, survivante de l’attaque atomique lancée par les Etats-Unis contre la population d’Hiroshima en août 1945 qui, avec la bombe de Nagasaki, a coûté la vie à plus de 200.000 civils.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct