Migrants: Erdogan se révèle moins cynique qu’Assad et Poutine

Atmeh, nord-ouest de la Syrie, à la frontière turque close. Les réfugiés s’y entassent...
Atmeh, nord-ouest de la Syrie, à la frontière turque close. Les réfugiés s’y entassent... - Khalil Ashawi/RTR.

ANALYSE

La question des réfugiés syriens est manipulée par Erdogan » : cette assertion – cette accusation ! – fait l’objet d’un quasi-consensus en Europe. Et elle ne date pas d’hier. La grande crise migratoire de 2015, qui mettait en scène une majorité de réfugiés de Syrie arrivant sur les routes du Vieux Continent à partir de la Turquie voisine, avait vu le président turc déployer ses premiers efforts massifs pour convaincre l’Union européenne de l’aider à gérer ce gigantesque problème humanitaire. Les Européens avaient dû, dès l’année suivante, suivre la voie souhaitée par le maître d’Ankara et s’engager à verser quelque 6 milliards d’euros à la Turquie pour qu’elle jugule le flux des réfugiés vers la Grèce.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct