Coronavirus : la communauté chinoise à Bruxelles «en a marre»

Dans un supermarché chinois
: «
Depuis ce week-end, des familles achètent bien plus que d’habitude. L’ardoise moyenne tourne normalement autour des 50 euros, on en est à 150.
» © Hatim Kaghat.
Dans un supermarché chinois : « Depuis ce week-end, des familles achètent bien plus que d’habitude. L’ardoise moyenne tourne normalement autour des 50 euros, on en est à 150. » © Hatim Kaghat.

Midi trente pétante. Je m’installe seule au milieu d’une salle vide. Dans ce restaurant chinois emblématique de la capitale, « où c’est toujours plus calme le midi que le soir et le week-end », le buffet à volonté nourrira plus les employés que les clients. La serveuse, visiblement contente de papoter, le concède « sans les cars de touristes de Chine et d’Asie en général, ça devient difficile. Mais, c’est mieux, d’en discuter avec la patronne ». Entre une eau gazeuse, des nouilles sautées – une assiette particulièrement soignée – et le thé, arrivent tout de même quelques étudiants d’une école voisine et un couple. Pas de quoi occuper les centaines de places disponibles.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct