USA: le droit à l’IVG entre les mains de la Cour suprême

L’audience de ce mercredi a attiré à Washington une foule de manifestants, «
pro-life
» ou «
pro-choix
», qui ont donné de la voix.
L’audience de ce mercredi a attiré à Washington une foule de manifestants, « pro-life » ou « pro-choix », qui ont donné de la voix. - Reuters.

Pour la première fois depuis que Donald Trump y a nommé deux nouveaux juges conservateurs, la Cour Suprême des États-Unis va devoir trancher dans un dossier relatif au droit des femmes à l’avortement. Ce mercredi en effet, la plus haute juridiction du pays a commencé à examiner une loi de l’État de Louisiane : adopté en 2014 mais non encore appliqué, ce texte oblige les médecins pratiquant des avortements en Louisiane à obtenir une autorisation d’exercer dans un hôpital situé à moins de 50 km de l’endroit où ils pratiquent l’interruption de grossesse.

Officiellement, il s’agit de protéger la santé des femmes : en cas de complication, les patientes pourraient être soignées par le même praticien dans un centre hospitalier proche. Sauf que ces autorisations sont extrêmement difficiles à obtenir et que, selon des chiffres officiels, seules 0,05 % des patientes ayant subi une IVG ont dû être hospitalisées pour des complications.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct