Migrants: Erdogan fait chanter l’Europe pour obtenir gain de cause en Syrie

Des migrants en attente, mardi, le long de la frontière turco-grecque
: un moyen de chantage aux mains du président Erdogan.
Des migrants en attente, mardi, le long de la frontière turco-grecque : un moyen de chantage aux mains du président Erdogan. - Xinhua

Analyse

Recep Tayyip Erdogan est formel : il n’en a pas après l’argent des Européens. En début de semaine, le président turc dédaignait le milliard d’euros que, selon ses dires, l’Union européenne lui aurait proposé pour l’accueil des migrants. « Nous ne voulons plus de cet argent », lançait-il aux Européens, leur reprochant de ne pas vouloir « partager le fardeau » et invoquant le droit « des demandeurs d’asile à choisir librement leur lieu de destination ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct