«Et si toute religion était un jeu pris de plus en plus au sérieux…»

François De Smet
: «
Il n’est pas question de promouvoir un athéisme mondial mais plutôt de montrer comment ne plus être des analphabètes philosophiques…»
François De Smet : « Il n’est pas question de promouvoir un athéisme mondial mais plutôt de montrer comment ne plus être des analphabètes philosophiques…» - Pierre-Yves Thienpont

Les religions. Voilà un sujet que François De Smet, l’ex-directeur du Centre fédéral Migration, l’actuel président de Défi et philosophe rendu aux plaisirs purement spéculatifs les soirs et les week-ends venus, voulait approfondir depuis longtemps. Il le fait en se servant de la notion de jeu. C’est-à-dire « L’ouverture délibérée par les hommes d’une dimension échappant au réel, dotée de règles propres, créant par le recours au dogme, au récit mythique et à l’imagination un espace-temps fantasmé », comme il la définit. Et ce recours au jeu est véritablement essentiel pour les religions à en croire François De Smet. Car c’est qui leur permet notamment de « négocier » les tensions entre mythe, dogme et réalité.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct