L’Allemagne toujours sous le choc de 2015

Cette fois, l’Allemagne n’ouvrira pas ses portes aux réfugiés. Le message aux Européens du ministre de l’Intérieur a été très clair : « Les conditions d’un accueil [en Europe] ne sont pas remplies », a insisté Horst Seehofer.

Lui-même grand détracteur de la chancelière, qui a accepté de laisser entrer plus d’un million de migrants en 2015, Horst Seehofer refuse toutes nouvelles arrivées « tant que l’ordre ne sera pas rétabli aux frontières de l’Europe » et que la question de la « répartition des réfugiés » ne sera pas réglée.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct