Le post-Brexit bute sur les mêmes divergences: «très sérieuses»

Michel Barnier (à dr.), ici avec le chef de la délégation britannique David Frost, a loué l’esprit de «
cordialité constructive
» pour ce tout premier «
round
» de négociation de la phase post-Brexit.
Michel Barnier (à dr.), ici avec le chef de la délégation britannique David Frost, a loué l’esprit de « cordialité constructive » pour ce tout premier « round » de négociation de la phase post-Brexit. - AFP.

Lorsqu’en 1992, Michel Barnier publie chez Plon son Atlas des risques majeurs, il ne pensait évidemment pas au… Brexit. Cette semaine, le négociateur en chef de l’Union européenne désigné pour « reconstruire » une relation avec le Royaume-Uni après le divorce du 31 janvier a posé la question à l’équipe de négociateurs britanniques : ne faudrait-il pas « anticiper et prévoir des coopérations » techniques, s’agissant du grand risque que représentent… les épidémies, comme celle du coronavirus ?

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct