La reconnaissance faciale au coeur d’une polémique

Les services d’immigration et les douanes des Etats-Unis font partie des utilisateurs de Clearview AI.
Les services d’immigration et les douanes des Etats-Unis font partie des utilisateurs de Clearview AI. - Photonews.

Plus de 3 milliards. C’est le nombre effrayant de portraits qu’a volés Clearview AI ces dernières années. Depuis 2016, la start-up américaine écume Facebook, Twitter YouTube ou encore LinkedIn pour récupérer les photos d’utilisateurs et les enregistrer dans sa base de données. Le but ? Mettre sur pied un programme de reconnaissance faciale. Le logiciel compare ainsi une photo prise avec le smartphone avec la gigantesque base de données récoltée pour trouver une correspondance.

Mais l’application ne se limite pas aux photos puisqu’elle traque également la plupart des informations présentes sur la toile à propos de ses « victimes ». Ainsi, il suffit de prendre une photo d’un inconnu dans la rue pour que l’application détermine de qui il s’agit. La photo prise allait alimenter à son tour la base de données de l’entreprise.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct