«Nous ne voulons pas que les Flamingants nous prennent l’image de la Flandre»

Stefan Hertmans
: «
Etre un bon belge c’est assumer qu’on a deux langues majoritaires, les parler par amour et intérêt de l’autre. »
Stefan Hertmans : « Etre un bon belge c’est assumer qu’on a deux langues majoritaires, les parler par amour et intérêt de l’autre. » - Bob Van Mol

entretien

Les écrivains flamands Stefan Hertmans et Tom Lanoye sont deux montres sacrés, auteurs de grands succès populaires (Guerre et térébenthine et Le cœur converti pour l’un, La langue de ma mère pour l’autre). Deux érudits transgressifs comme le prouvent à nouveau leurs deux textes traduits au Castor Astral, où les terroristes sont vus par leur sœur (Antigone à Molenbeek) ou leur mère (Gaz). Deux farouches détracteurs de l’extrême droite et du tout identitaire. Literatuur Vlaanderen a réuni ce couple sans langue de bois sur le stand du « Flirt Flamand » de la Foire du livre pour une conversation qui a transporté le public. En voici les extraits les plus explosifs lancés par cette question : « Pensez-vous comme écrivain avoir un rôle politique ? »

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct