D1A: l’entraîneur n’est plus le seul maître à bord

belga
belga

Trois ans après sa première utilisation mondiale, le VAR n’en finit pas d’alimenter les conversations. Cette aide à l’arbitrage est même considérée comme l’unique évolution récente majeure dans le monde du sport roi. Pourtant, il n’en est rien. Nettement moins propice à la polémique mais tout aussi important, le gonflement des staffs se constate à vue d’œil. Nerveux en bord de terrain, très décontracté sur scène, Michel Preud’homme s’est rendu à l’Université de Namur lundi soir pour livrer son expertise en la matière, devant un parterre de 500 confrères et parce que le Standard n’est évidemment pas oublié en chemin par l’évolution du fonctionnement des clubs au quotidien. Il semble déjà loin le temps où un coach était soulagé de pouvoir se reposer sur l’un ou l’autre adjoint pour ne pas devoir se coltiner seul la totalité de la charge de travail à abattre. Désormais, rien qu’en Belgique, un staff peut allégrement atteindre les… vingt membres.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct