Coronavirus: les stades ferment leurs portes, l’UEFA... ses yeux

EPA
EPA

Après les huis clos imposés par les matchs nationaux et internationaux (pendant deux semaines en Espagne, en France, au Portugal), la suspension des activités domestiques (jusqu’au 3 avril en Italie), l’UEFA a pris sa première décision avec le report, sine die, de Séville-Roma et d’Inter-Getafe, deux 8es de finale de l’Europa League prévus ce jeudi soir. Entre-temps, l’instance faitière s’en retournera contempler la placidité du Lac Léman espérant que les eaux se calment. Dans six jours, avec Barcelone-Naples, et le lendemain, avec les deux rencontres retour (sic, jouées éventuellement avant le match aller) de Getafe et de Rome, l’UEFA se retrouvera confrontée, vraisemblablement à la même situation : l’interdiction des vols entre l’Italie et l’Espagne. Pourquoi attendre ? Simple : l’UEFA attend que d’autres prennent les décisions pour elle. C’est en tout cas l’impression que sa passivité laisse, organisant un capharnaüm sans précédent.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct