Négociations fédérales: la Vivaldi? Le débat se rouvre au CD&V

Joachim Coens, président du CD&V, est interpellé par ses parlementaires fédéraux.
Joachim Coens, président du CD&V, est interpellé par ses parlementaires fédéraux. - Belga.

Le coronavirus aura-t-il raison des résistances du CD&V à accepter de s’engager dans une négociation de type Vivaldi ? Il est permis de le croire, sans conviction aucune évidemment.

En l’occurrence, il apparaît qu’une bonne part du groupe parlementaire fédéral, à la Chambre, composé de 12 députés, a très envie de rouvrir le débat à ce propos au sein du parti chrétien-démocrate flamand. On nous le confirmait jeudi après-midi au Parlement, après que le quotidien Het Nieuwsblad eut rapporté les faits dans son édition du matin.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct