Stib, Tec, SNCB: ce qui roule, ce qui ne roule pas ce lundi

La SNCB supprime 90 trains de pointe – 47 le matin et 43 le soir – de et vers Bruxelles.
La SNCB supprime 90 trains de pointe – 47 le matin et 43 le soir – de et vers Bruxelles. - Belga.

A l’exception de la SNCB, qui supprimera 90 trains de pointe de et vers Bruxelles, l’offre de transports en commun devrait rester celle d’un lundi « normal », indique-t-on auprès des différentes compagnies de transport public. La demande devrait être beaucoup plus faible, cependant. De nombreux travailleurs resteront chez eux et les élèves déserteront trams, trains et bus. La ministre francophone de l’Enseignement, Caroline Désir (PS), s’attend à ce que 10 % des élèves se rendent en classe. Néanmoins, indique-t-on à la Stib, « l’objectif est de maintenir l’offre normale, même si nous nous attendons à une demande beaucoup plus faible. Le but est de faire circuler des véhicules le moins chargés possible pour que les gens puissent conserver une distance sociale », explique Françoise Ledune, la porte-parole de la société bruxelloise.

Dans la capitale, en Flandre comme en Wallonie, on déconseille cependant aux clients de se déplacer en heure de pointe et on demande également aux personnes présentant des symptômes suspects de s’abstenir de prendre les transports publics. En Wallonie, l’offre des TEC sera « de type scolaire ». Rien de changé donc, même s’il y aura peu de monde. « Nous souhaitions ne pas dégrader notre offre, souligne Stéphane Thiery, directeur de la communication de l’opérateur. Cela nous permettra d’augmenter la capacité au bénéfice des autres usagers ». Dans un premier temps, dit-on au TEC, on maintient les ordres de marche tel que planifiés. Comme à Bruxelles, il ne sera plus possible d’acheter un titre de transport directement auprès du chauffeur ni dans les 27 espaces TEC qui resteront ouverts. La montée à l’arrière est généralisée et un espace tampon sera assuré afin de préserver le chauffeur.

La SNCB supprimera quant à elle 90 trains de pointe – 47 le matin et 43 le soir – de et vers Bruxelles. Depuis le début de la crise, l’opérateur ferroviaire et Infrabel constatent une diminution de la fréquentation des trains – 30 à 35 % en moins en heure de pointe vendredi. Par ailleurs, un certain absentéisme se manifeste au sein des conducteurs et accompagnateurs de train. Malgré la suppression des trains, la SNCB affirme qu’elle assurera « 97 % de l’offre normale ».

L’évolution de la situation dépendra des développements de la maladie. « Nous devons tenir compte des forces disponibles, confirme-t-on à la Stib. Si trop de chauffeurs sont absents pour maladie, l’offre pourrait se dégrader au fil des jours ».

Même sentiment au TEC : « Nous devrons peut-être adapter les mesures à un éventuel absentéisme. Pour l’instant, nous n’avons rien constaté, mais nous verrons lundi ». La fermeture des écoles pourrait effectivement avoir un impact indirect sur la présence des travailleurs.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    7,5€/mois
    pendant 6 mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Société