Coronavirus – «La vie en pause, jour 2»: Les amis

A une époque où on pouvait serrer et embrasser ses amis.
A une époque où on pouvait serrer et embrasser ses amis. - D.R.

Ce week-end, il s’est passé un truc incroyable.

Plein en fait, des flashmobs musicaux des balcons italiens aux Madrilènes faisant leurs courses, la tête dans un sac en plastique, de la guerre du PQ à ceux qui trinquaient dans les bars bondés vendredi soir : un bon gros bouillon d’émotions.

Déjà bien dans le mood « confinement », il y avait juste une chose à faire samedi. Aller déposer en vitesse son cadeau d’anniversaire à Géraldine qui venait d’annuler une fête de folie qui devait durer 48 heures, avec karaoké géant, camping à la ferme et mille activités sympas. Donc voilà, il est 15h30, c’est une longue route toute droite bordée d’arbres et y a personne, ni devant, ni derrière, ni en face. Ça pue la fin du monde, le thriller, le jeu vidéo dystopique mais honnêtement, c’est pas désagréable.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct