Coronavirus: les Européens se barricadent en «mode chacun pour soi»

Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission, présentera ce lundi «
aux gouvernements nationaux des orientations sur les mesures aux frontières de l’UE
».
Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission, présentera ce lundi « aux gouvernements nationaux des orientations sur les mesures aux frontières de l’UE ». - Reuters.

L’Union européenne va-t-elle succomber au coronavirus ? On n’en est pas là. Mais la course éperdue engagée depuis quelques jours par les gouvernements des Etats membres pour tenter de juguler la pandémie ravage déjà des piliers de l’Union.

La sacro-sainte liberté de circulation des personnes dans l’espace Schengen se racrapote encore, qui était déjà mise à mal dans six Etats membres par les attentats et la poussée migratoire de 2015-2016. La Tchéquie et la Slovaquie ont ouvert le bal, en fermant carrément leurs frontières aux non-nationaux. La Pologne, le Danemark et la Lituanie ont suivi. D’autres renforcent les contrôles ou limitent les franchissements à des catégories limitées de personnes. La décision, dimanche, est spectaculaire, s’agissant de la frontière franco-allemande. Seuls les travailleurs transfrontaliers et les transporteurs de marchandises seraient encore autorisés.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct