Une interruption qui aura un impact

Si on a évoqué ci-contre le sort particulier des footballeurs, pour qui le travail de la technique est intéressant surtout s’il s’inscrit dans une logique d’entraînement collectif (« le fait de jongler tout seul dans son jardin ne sert en effet pas à grand-chose », explique Renotte), qu’en est-il des autres sportifs privés et de leur métier – s’ils sont professionnels - ou de leur passion, s’ils sont de simple amateurs ? « La situation peut être plus délicate dans d’autres sports que l’on peut considérer plus techniques que le foot », concède Frédéric Renotte. « Au plus leur discipline est technique, au plus une interruption de longue durée aura un impact sur une pratique à moyen ou long terme en raison de l’importance d’une bonne coordination neuromusculaire. Un confinement de deux mois, par exemple, pourrait rendre la situation de ces sportifs particulièrement délicate. Cette coordination, il faut la travailler via des enchaînements nombreux et répétés. »

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct