Pierre-Olivier Beckers: «Je ne vois pas pourquoi les Jeux ne pourraient pas être reculés de quelques mois»

Selon Pierre-Olivier Beckers, «
imaginer que personne ne réfléchit, au CIO, aux scénarios alternatifs serait naïf
».
Selon Pierre-Olivier Beckers, « imaginer que personne ne réfléchit, au CIO, aux scénarios alternatifs serait naïf ». - Photo News.

Le Comité olympique et interfédéral belge (COIB) devait fêter en grande pompe, ce mardi, le lancement de l’année du centenaire des Jeux olympiques d’Anvers, en présence de Thomas Bach, le président du Comité international olympique, et Ban-ki-Moon, l’ancien secrétaire général des Nations unies. Plusieurs festivités avaient été prévues avant la présentation, en soirée, des tenues du Team Belgium pour les Jeux de Tokyo. La crise du coronavirus a logiquement contraint l’institution de l’avenue de Bouchout à tout annuler. En même temps, à 129 jours (ce mardi) de la cérémonie d’ouverture des Jeux de Tokyo, toujours prévue le 24 juillet, la priorité est désormais de faire en sorte, avec l’aide des régions, que les athlètes puissent continuer à se préparer du mieux possible pour les JO. Pierre-Olivier Beckers, qui est à la fois président du COIB et membre du CIO, fait le point.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct