Grand format – L’émigration fait vivre les Philippines, mais les enfants en paient le prix

Pour certains petits vendeurs du marché, les étals de céramique servent d’unique abri.
Pour certains petits vendeurs du marché, les étals de céramique servent d’unique abri. - D.R.

reportage

Sur la Plaza, au cœur de Bacolod, capitale de l’île de Negros, le gamin à la casquette rouge est connu sous le surnom de Mick. Il a quinze ans, en paraît dix, mais il nourrit des rêves d’adulte : « Un jour, je quitterai la rue car j’aurai acquis une formation professionnelle. On m’a dit qu’à Taiwan, on avait besoin de soudeurs… C’est là que je veux aller. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct